Nord Vietnam, à la découverte du thé vert…

20 avril 2021 | Par : Stephane Nguyen de Nam Viet Voyage

 

Avec mon amie Kim Thanh, spécialiste du thé vert vietnamien et fondatrice de la marque Plantrip Cha, me voici en voyage de repérage dans le Nord Vietnam pour y préparer un prochain tour atypique comme Nam Viet Voyage aime en réaliser.

Depuis Hanoi, nous partirons avec un groupe d’amis tous amateurs de thé dans trois provinces : Thai Nguyen, Yen Bai et Phu Tho.

Ce voyage sera l’occasion de découvrir la culture du thé, mais aussi la culture de deux minorités  Dao et Muong faisant partie des 54 ethnies différentes du Vietnam (les Viets dits “Kinh” étant la majoritaire).

Feuilles fraiches de thé vert

Le Thé vert de Tan Cuong (province de Thai Nguyen)

Pour cette première étape qui se trouve à 1h de route de l’aéroport d’Hanoi, nous somme reçus par Madame Hanh dont la famille possède plusieurs jardins de thé vert typique de cette région. Le thé de Thai Nguyen est le plus réputé du pays pour sa finesse d’arôme.

Madame Hanh nous conduit donc sur un de leurs jardins pour nous expliquer comment sa famille cultive de manière traditionnelle et écologique leurs plants de thé vert.

De la sélection des feuilles qui vont être cueillies à la main, trois qualités différentes sont obtenues : Dinh (première qualité), Non Tom (seconde qualité) et Moc Cau (troisième qualité).

Ensuite, nous rentrons chez Madame Hanh où nous allons découvrir comment se fait le thé vert traditionnel à partir des feuilles fraichement cueillies : le séchage à l’air libre, le séchage dans un four rotatif, le roulage manuel, le roulage à la presse puis de nouveau le séchage au four rotatif.

Après 2 heures de dur labeur, nous passons à table chez la famille pour un repas des plus conviviaux, le tout arrosé d’alcool de “tao meo”, sorte de cidre de pomme local. Durant ce repas, Mr Duong le cousin de Hanh nous expliquera pourquoi le Thé vert de Tan Cuong a acquis sa notoriété et réputation au Vietnam : c’est en fait dû au climat tempéré et à l’altitude qui sont propices à la culture des champs de thé vert.

De plus, Mr Duong nous citera un adage connu des connaisseurs de thé : “Nhất thủy - Nhì trà - Tam pha – Tứ ấm- Ngũ thời”. Ce que l’on pourrait traduire afin de déguster le thé dans les meilleures conditions par “en premier la qualité de l’eau, en second la qualité du thé, en troisième la qualité de la préparation, en quatrième la qualité de la théière et en cinquième le moment choisi, le lieu choisi pour déguster et apprécier vos tasses de thé”. C’est ensemble faisant partie du Trà Đạo, la cérémonie du thé... (en vietnamien thé se dit Trà ou Chè).

Le lendemain avant de quitter Thai Nguyen pour nous rendre à Yen Bai, nous repasserons chez Madame Hanh récupérer nos petits sachets du thé vert préparé la veille par nos soins. Quelle belle récompense ! Nous quittons la famille et les remercions de leur chaleureux accueil.

 

Fabrication artisanale du thé vert de tan cuong

 

Vu Linh (province de Yen Bai)

Nous aurons un trajet de 3 heures qui nous fera passer par la province de Tuyen Quang. À ce propos, au Nord Vietman existe un adage populaire qui dit : “ Chè Thái; Gái Tuyên” pour vanter la qualité du thé de Thai Nguyen et la beauté des femmes de Tuyen Quang.

À Yen Bai, nous sommes dans le Nord-Ouest du Vietnam peuplé à l’origine par différentes ethnies (Dao, Tày, Hmong...). En 1930, des soldats indigènes de l’armée coloniale française y conduisirent une mutinerie dans la garnison. C’est des épisodes marquants de la lutte pour l’indépendance du Vietnam, bien avant le début de la guerre d’Indochine.

Nous arrivons donc au "La Vie Vu Linh Ecolodge" et sommes reçus par Fredo un franco-vietnamien, qui est le propriétaire de ce charmant établissement. L'ecolodge situé juste au bord du lac de Thac Ba, où fut construit le premier barrage hydraulique du Vietnam.

Nous y passons 2 jours et 1 nuitée dans la maison sur pilotis, maison traditionnelle des ethnies des montagnes. Cette étape nous permettra de nous balader à travers les rizières pour nous rendre chez une famille Dao Quần Trăng (Dao aux pantalons blancs qu’ils portent lors des mariages, fêtes traditionnelles, etc.), d’y échanger avec eux sur leur langue, leurs traditions, leurs cultes... Nous préparerons ensemble aussi des concoctions faites à partir de plantes médicinales cueillies sur la route, comme des écorces et des feuilles à faire bouillir pour nettoyer le foie !

Hameau dao a yen bai

Le lendemain, nous ferons une balade en barque sur Thac Ba, une petite randonnée pour gravir un mont, qui nous permettra d’admirer le panorama du lac... Pendant la traversée en barque, vous aurez peut-être la chance d’acheter des petites crevettes fraichement prises au filet par des pêcheurs. Nous demanderons ensuite au chef du La Vie Vu Linh de nous les faire frire avec du basilic.

Pêcheur de crevette Lac de Thac ba

Après un copieux déjeuner, comme depuis le début de notre périple, Kim Thanh, notre maitre-conférencière nous prépare plusieurs tasses de thé à boire dans la tranquillité et la paix. C’est devenu un rite, d’ailleurs au Nord Vietnam, les gens ont l’habitude de boire le thé vert dès le matin jusqu’au soir. Alors qu’au Sud Vietnam, si les gens le boivent, en général, il est dilué dans beaucoup plus d’eau, parfumé au jasmin, au chrysanthème... ou même servi avec des glaçons (“autre pays, autre mœurs”).

Nous saluons Fredo notre sympathique hôte qui nous aura parlé des péripéties de ses grands-parents depuis le Nord jusqu’au Sud Vietnam puis de leur arrivée en France dans les années 50. Encore une histoire touchante qui fait écho à ma propre histoire familiale.

Nous quittons le lodge en barque à moteur et entamons en voiture notre route pour la dernière étape.

Panorama du lac de thac ba

 

Long Coc (province de Phu Tho)

Nous arrivons dans notre homestay tenu par Luan et sa famille. Toute la commune est habitée par des Muongs. Cette ethnie est la plus proche linguistiquement de celle des Kinhs (autrement dit des Viets appelés administrativement “Kinh” du mot Kinh Do, la capitale).

On dit que pendant la domination chinoise qui a duré mille ans, les Muongs sont montés dans les collines vers les montagnes et que les Kinhs sont restés dans les plaines. C’est ainsi que les Muongs parlent une forme de vietnamien archaïque et que les Kinhs parlent un vietnamien comprenant beaucoup d’emprunts à la langue chinoise.

Les deux langues étant tonales, l’intercompréhension n’est pas aisée, car là où le vietnamien emploie un ton donné, le Muong emploiera un autre ton. Cela sans compter la différence de vocabulaire.

De plus, les Muongs côtoyant les “Tày” ont fini socialement par se rapprocher des coutumes de ces derniers. Les Tày ont la particularité de parler une langue de la famille Tai dont font aussi partie le Thaïlandais et le Laotien. Pendant l’époque de l’Indochine française existait d’ailleurs dans le Nord-ouest du Vietnam, la région autonome appelée le “Pays Taïs”.

Mais revenons à l’activité familiale de Luan, la culture du Thé vert. Luan nous emmène visiter leurs champs sur les collines de thé typiques de la région. Il y a près de 700 collines dites en forme de bol, c’est magnifique !

The vert colline de long coc

Il nous explique que sa famille a choisi des plants de thé particuliers plus fragiles dont le rendement est plus faible, mais qui permet d’obtenir des feuilles de meilleure qualité pour avoir au final un thé plus parfumé. Ils utilisent des engrais bio et même naturels parfois (de bœuf ou de buffle). Après chaque récolte, ils laissent la terre et les plants au repos.

C’est d’ailleurs de cette province de Phu Tho que les plants de thé ont été amenés à Thai Nguyen (première étape de notre voyage) au siècle dernier. La boucle est ainsi bouclée...

Avant de revenir sur Hanoi, le père de Luan nous propose d’aller pêcher avec lui sur la rivière. Ce sera pour une prochaine fois. Nous l’écoutons parler de ses souvenirs en tant que soldat à Ha Giang pendant la guerre contre la Chine dans les années 80, buvons leur excellent thé artisanal ensemble, dégustons leur miel sauvage... Encore un autre moment de partage avec des gens fort chaleureux et souriants.

De ces moments, nous en avons énormément appris, fait de très belles rencontres, contemplé des paysages uniques. Un grand merci encore à mon amie Kim Thanh qui nous a fait rencontrer ses partenaires, de petits producteurs locaux qui ont l’amour du thé vert. Une tradition vietnamienne qui mérite le détour !

 

 En apprendre plus : Tout ce que vous ne saviez pas sur le thé

Retour